La France qui travaille

28 jan

Il fait plaisir de se retrouver, non? Enfin, moi je trouve, en tout cas. Hé! Restons pudiques, tout de même, pas trop d’effusions s’il vous plait. Non: je vous l’ai déjà dit, nous ne sommes pas assez intimes. D’ailleurs, depuis le temps qu’on se fréquente, nous nous connaissons si peu!

Vous faites quoi, dans la vie, vous?

(pour ceux qui ne comprendraient pas la référence, je me ferai un plaisir de vous expliquer, n'hésitez pas à demander. Pour ceux qui ont compris, vous pouvez aussi l'expliquer.)

Allez dites moi; ça m’intéresse de savoir.

(réponses dans les com’s, merci.)

Et sinon dans le lot, y en a qui ont lancé leur propre affaire, ou qui y pensent, l’envisagent*? Non je demande ça parce que comme beaucoup peut-être, j’y songe de temps à autre… Créateur d’entreprise, employeur, entrepreneur, sauveur du monde anéanti par la crise, non faut avouer que ça le fait. Trouvez pas? D’autant plus, évidemment, lorsqu’on a des idées bien précises en tête et grosso modo ce qui s’apparente à du simili fantasme -une des raisons pour lesquelles je n’exposerai pas plus en détail la teneur des miennes, évidemment.

En plus, avant d’ENVISAGER de mettre tout cela en œuvre, y a le temps… Non parce que se pencher sérieusement sur la question, c’est entrer dans le vif des études de marché, de la concurrence, des devis, des formalités administratives, d’une compta ultra rigoureuse et une fiscalité délicate, des démarches commerciales diverses… C’est mettre en jeu de nombreuses, nombreuses heures et surtout de plus-que-nombreux neurones.

Personnellement, l’avantage que j’ai, c’est d’être présentement fauchée comme les blés. Genre, plus à sec que l’épiderme de Jeanne Moreau. Ce qui laisse considérablement le temps de se constituer une trésorerie au moins nécessaire à l’achat du porte-clefs du futur local, par exemple. Ou de la relieuse, mais là n’est pas la question puisque j’en ai déjà une, ce qui entre nous a le chic pour impressionner tout un chacun comme vous pouvez vous l’imaginer. (Vous aviez compris en quoi c’était un avantage que d’être aussi ruinée que cet internaute postant sur VDM comment il jouait à Survivor avec 5euros pour achever son mois, le 20 de celui-ci; avant que je ne l’explique, n’est-ce-pas?)

Pékin Express avec 1euro par jour, c'est juste de la rigolade

Bref. Je n’ai plus qu’à trimer parmi le reste de la France qui se lève tôt, afin d’accumuler quelques poignées d’euros, pendant que T** et ses collaborateurs font tout le travail. Hmmmoui? Ben disons, étant donné que leur radio, Widoobiz, a un objectif affiché de soutien aux entreprises dans leur création ainsi que leur expansion, je ne vois pas pourquoi nous nous gênerions et nous priverions de nous servir à notre aise dans ce qu’elle nous proposera de débats, chroniques, infos et autres interventions spécialisées accessibles à tout un chacun.

Non, parce que, sérieusement, les idées c’est bien, mais partir à la pêche aux renseignements, grapiller à droite à gauche, finir dévasté par la dépression à force de ne savoir vers qui se tourner et errer de bureau A en bureau B en passant par la case D prim à la façon d’Astérix et Obélix dans la maison des fous (si si, le film des Douze Travaux, tout le monde connaît), juste représentation de l’enfer administratif français (bijou de complexité à même de mener les plus fragiles d’entre nous au suicide par immolation sur le bûcher de la paperasserie amoncelée), ce n’est pas à proprement parler l’idée et l’aspiration premières de l’entrepreneur?

Donc: on ne va pas se mentir, l’idée de matérialiser ses envies et de lancer de manière éclairée et posée avec pour cela, tout ce qu’il faut à portée de main et d’oreille, est un confort et quasi un luxe non négligeables.

Autant profiter puisque ce sont les quatre mousquetaires qui bossent, je vous dis.


Ah oui, au fait: par conséquent maintenant, plus d’excuses pour se planquer et ne pas se jeter à l’eau! Créez, créez! Et tant que vous y êtes, votez pour eux***, BIEN SÛR. Comme ça vous savez désormais parfaitement comment s’appelle le T*-mystère. Malin.


(comment on fait une ligne de démarcation déjà?)

* Réponses également dans les commentaires, merci (avec: quoi, pourquoi, comment, où, quand, avec quel budget etc).

** Pour des raisons d’anonymat qu’on ne m’a d’ailleurs pas spécifiquement demandé et que je peux réduire à néant sur simple demande de la personne concernée, l’initiale fera office de dénomination.

*** C’est là qu’il faut cliquer. Non, pas sur les étoiles! Juste avant. Là. Voilà. Oui, tout à fait; là même où il est écrit "votez pour eux".

4 Réponses to “La France qui travaille”

  1. lespagesdecarmel 28 janvier 2010 at 11:50   #

    Hmmph, le titre a comme une consonance politique, LAULE. Zéro rapport.

  2. Laeti 31 janvier 2010 at 10:08   #

    Moi j ai compris l allusion friendesques ;) Je me sens intelligente du coup … ahhhhhh entreprendre un grand rêve !!!!!!

    • lespagesdecarmel 2 février 2010 at 1:58   #

      Pas un rêve mais plutôt un projet, miss Laeti! Par ailleurs j’ai repéré de jolies façades à t’envoyer en photo dès lors que j’aurai la possibilité de crapahuter sur Paris!

  3. Alison 29 juillet 2010 at 8:57   #

    J’adore la comparaison avec Pékin Express qui est juste de la rigolade! C’est tellement ça quand ton banquier décide de t’appeler à 8h30 pour te taper sur les doigts et que du coup, il faut renoncer à utiliser la carte banquaire ("bon, on est mercredi, 3 euros pour finir la semaine, trop facile!").

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: